RSE : un enjeu pour aujourd’hui et pour demain

RSE : un enjeu pour aujourd’hui et pour demain

Les récentes manifestations des Gilets jaunes nous ont montré une chose. Les Français sont conscients du danger écologique qui pèse sur le monde. Mais ils récusent les méthodes traditionnelles consistant à faire peser sur l’individu le poids de la dette écologique commune. La compensation carbone doit avoir lieu et les entreprises doivent montrer l’exemple.

Les entreprises doivent prendre fait et cause pour l’écologie et pour l’avenir de la société tout entière, plus globalement de la planète. Il en va de leur crédibilité. Le mouvement des Gilets jaunes a mis en évidence que la manière de faire était perçue comme une injustice sociale. A tort ou à raison. Non pas que ceux qui manifestent soient contre l’écologie. Mais parce qu’ils considèrent que ne peut pas reposer sur leur portefeuille efflanqué la taxe écologique qu’avant eux les bonnets rouges avaient refusée. En effet, augmenter le prix des carburants à la pompe, c’est pénaliser ceux qui sont contraints d’utiliser leur véhicule pour se rendre au travail, chez le médecin, au supermarché. Le temps n’y était pas propice. Il faut pourtant agir pour résorber nos émissions de CO2.


Les entreprises doivent être responsables

Les entreprises doivent montrer l’exemple, sous peine d’être décriées. D’être, un jour ou l’autre, le bouc émissaire de révoltes populaires. L’image qu’ont les Français des entreprises n’est pas toujours positive. C’est pourquoi il leur est d’autant plus nécessaire de se montrer vertueuses et force d’exemplarité. Pour ce qu’elles contribuent largement à la richesse de la nation, elles participent inévitablement à son empreinte écologique. Les entreprises doivent aujourd’hui être la proue du navire. Car il n’est pas possible ni souhaitable qu’elles attendent que le gouvernement fasse tout en ce domaine. En Chine, le régime a pris des mesures drastiques pour imposer une mutation environnementale nécessaire et urgente. Mais tel n’est pas le modèle que souhaitent nos démocraties occidentales. Il est donc temps que chacun prenne ses responsabilités et que les entreprises montrent la voie de la vertu.

Le temps d’agir

Le temps de l’action est venu. Certaines entreprises font, mais font trop peu au regard des objectifs et elles sont décriées pour des actions qui ne semblent, dans le fond, qu’une goutte d’eau versée dans l’océan. Or, il n’est plus temps de tergiverser et les bonnes paroles échangées lors des sommets mondiaux pour le climat n’attendent qu’une transformation en actes. Il n’est pas tenable, il ne serait pas honnête de chercher à contourner le problème en s’insérant dans les failles d’un système que certains voudraient mettre à terre sans avoir rien d’autre à lui substituer, car le temps de la responsabilité est venu. Par ailleurs, le carbone va coûter de plus en plus cher, c’est inévitable. Voici pourquoi il faut mettre en place les pratiques vertueuses dans nos entreprises et choisir les solutions les mieux adaptées aux temps présents et futurs. Multiplier les puits de carbone, c’est agir directement sur l’empreinte que nous laissons. Les arbres sont nos meilleurs alliés dans la lutte contre le réchauffement climatique. Planter des arbres ou favoriser leur croissance et le bon développement de nos forêts, c’est capter directement le CO2 émis dans l’air et c’est être au plus près de la nature ; c’est s’intéresser à la vie concrète, c’est contourner les cercles virtuels et complexes de compensation carbone. C’est enfin montrer à chacun qu’il est possible de préserver le monde qui nous a été confié pour les générations futures.