Faillite de PG&E : le mépris climatique ne paye pas

Home / Environnement / Faillite de PG&E : le mépris climatique ne paye pas
Faillite de PG&E : le mépris climatique ne paye pas

Faillite de PG&E : le mépris climatique ne paye pas

Le 18 janvier dernier, The Wall Street Journal évoquait la faillite du géant de l’électricité américain en ces termes : « C’est la première faillite liée au changement climatique, probablement pas la dernière».

Force est de constater que mépriser les enjeux climatiques peut coûter la vie à une entreprise.C’est un géant de l’énergie qui a été mis en faillite au début de l’année, comme nous l’apprend Novethic. Pacific Gas & Electric (PG&E) n’aura pas résisté aux incendies dont l’État de Californie l’estime responsable. Quelles que soient les raisons de ces départs d’incendies ; quelle que soit la responsabilité du groupe, après plusieurs épisodes de sécheresse qui ont rendu les départs d’incendies plus faciles, le groupe américain en paiera seul la facture.

Responsable des incendies

Accusé d’être à l’origine d’immenses feux de forêt ayant dévasté l’État de Californie en novembre dernier, qui ont provoqué la mort de 86 personnes et détruit 14 000 habitations, le groupe a été mis en faillite. Le montant des dédommagements réclamés pourrait s’élever à 30 milliards de dollars, selon l’estimation de l’entreprise. Il s’agirait d’un accident provoqué par le contact entre un pylône et une ligne à haute tension qui, provoquant des étincelles, aurait embrasé la végétation. Outre cela, l’entreprise a été mise en cause dans les incendies de 2017 qui ont provoqué la mort de 40 personnes. Elle a également été condamnée à la suite d’une explosion de gaz à San Francisco, qui provoqua la mort de 8 personnes en 2018.

Délit de négligence

Ce que révèle cette affaire, c’est qu’une entreprise ne peut pas négliger sa responsabilité sociale et environnementale. Car PG&E est tombée pour cause de négligence et de mauvais entretien de son réseau, ce qui n’est pas une mince affaire, dans un État régulièrement frappé par la sécheresse et de gigantesques incendies. Le comté de Butte, qui a porté plainte contre l’entreprise dans cette affaire, évoque un « mépris délibéré » du groupe pour « la sécurité publique ».

Prendre en compte le climat

Il n’est plus possible de ne pas prendre en considération les problématiques environnementales et climatiques aujourd’hui. Il n’est pas possible, non plus, de réclamer des efforts de la part des citoyens, sans que les entreprises posent des actes forts. Il en va de leur survie, et de celle de tous. Trop d’entreprises négligent encore le risque que le changement climatique fait peser sur elles, et sur la société tout entière, comme le montre cette affaire. PG&E aurait dû anticiper et résoudre les problèmes qui existaient sur son réseau. De la même manière, chaque entreprise doit agir pour préserver notre environnement commun et rendre l’avenir du monde possible.

RTE, de son côté, dit prendre très au sérieux ce problème et œuvrer à préserver la végétation tout autant que la sécurité de son réseau en France.