Dérèglement climatique, quèsaco ?

Home / Environnement / Dérèglement climatique, quèsaco ?

Dérèglement climatique, quèsaco ?

Le dérèglement climatique n’est ni un mythe ni une théorie du complot. Il est bien l’œuvre de l’activité humaine, quand bien même le climat a toujours évolué depuis la formation de la Terre. Il est encore temps de le freiner, mais il faut agir immédiatement.

Variations climatiques naturelles

Avant que l’homme existe et que son activité influe sur le climat, celui-ci variait en fonction de plusieurs facteurs naturels, ainsi que le montre Jean-Marc Jancovici, ingénieur et professeur. Depuis 400 000 ans, la température de la Terre a varié de +2°C à -6°C.  Cela s’explique par la position de la Terre par rapport au Soleil ; par l’intensité des rayons du soleil ; par l’effet de serre provoqué par les gaz à effet de serre ; par l’activité volcanique ; par l’apparition de la vie de la flore qui a absorbé du gaz carbonique de l’atmosphère ; par la dérive des continents ; par le pouvoir réfléchissant de la Terre en fonction des déserts ou de la banquise.

D’après le climatologue André Berger, la position de la Terre par rapport au Soleil a été le principal facteur du climat.

Fonctionnement de l’effet de serre

L’homme n’a aucune influence sur les variations climatiques naturelles, mais sur les gaz qu’il émet par son activité. Il s’agit notamment de la vapeur d’eau, du CO2 et du méthane. Tandis que la vapeur d’eau ne persiste que quelques jours dans l’atmosphère, le méthane y demeure un peu plus de douze ans et le CO2 plus d’un siècle. Or, plus la concentration des gaz à effet de serre persiste dans l’atmosphère, plus le rayonnement solaire y reste emprisonné et réchauffe la Terre. En 2014, le CO2 était responsable de 65% de la contribution des gaz à effet de serre persistants, contre 17% pour le méthane et 12% pour d’autres gaz majoritairement émis par l’industrie chimique.

Hausse des températures

Ainsi, inéluctablement, la température de la planète va augmenter. Si nous restons sur un même niveau d’émissions de gaz à effet de serre, les températures devraient avoir augmenté de 5°C environ en 2100 par rapport à ce qu’elles étaient en 1850.

Nous connaissons les conséquences de cette augmentation des températures : hausse du niveau de la mer, de par le phénomène de dilatation de l’eau ; disparition progressive de la calotte glaciaire et de la neige ; augmentation des tempêtes ; changement de climat, donc de forme d’agriculture, le vin de champagne devant par exemple être produit en Angleterre… Ajoutons à cela la disparition de nombreuses espèces animales et d’une partie de la biodiversité, un certain nombre de plantes et d’arbres n’ayant pas le temps de s’adapter. Nous risquons de rentrer dans un cercle vicieux. A quoi, il faut ajouter l’accroissement de la pauvreté, des maladies et du phénomène migratoire.

Il est donc temps de changer notre mode de vie. De nous nourrir avec des fruits et légumes de saison ; d’éviter la viande issue d’élevages intensifs, qui sont de grands producteurs de méthane et de CO2 ; de privilégier le train comme moyen de transport. De cesser notre gaspillage. Et de planter des arbres, qui sont nos meilleurs alliés pour absorber le CO2.